Le Rapport sur la population mondiale lancé sous le signe de la Jeune Fille

keeLe Fonds Mondial pour la population (UNFPA) a lancé le rapport mondial de la population avec comme thème central  »Elle a dix ans ».

Pour les analystes, À dix ans, une fille devient vulnérable. Elle est aux prises avec le passage à l’âge adulte, ses changements physiologiques et psychologiques rapides, et l’apparition de toutes nouvelles attentes de la part de sa famille et de la société. Si les risques sont aussi nombreux pour les filles que pour les garçons, la discrimination sexiste ne fait que les aggraver à presque tous les égards pour les premières. Les politiques publiques sont souvent axées sur les très jeunes enfants ou les adolescents plus âgés, et ne gèrent pas adéquatement les risques auxquels sont exposées les filles de dix ans.

Si ses droits ne sont pas bien protégés par des lois, des services et des investissements adaptés, ses chances de s’épanouir à l’adolescence et de devenir une adulte à part entière disparaissent à tout jamais.

Le rapport souligne qu’« ll y a actuellement dans le monde environ 125 millions d’enfants, dont 60 millions de filles ».

La communauté internationale a déjà obtenu de bons résultats en faveur des garçons de dix ans, et ce, dans de nombreux domaines. Il est grand temps d’en faire autant pour les filles.

Imaginer un monde nouveau pour les filles de dix ans

Imaginez une fille de dix ans dans un monde qui la valorise, l’encourage et la protège vraiment. Ses possibilités, loin de se réduire, se multiplient et se diversifient. Tout le monde reconnaît que ses droits doivent être respectés dans leur intégralité, au même titre que ceux de son frère, ce que reflètent les lois, la pratique juridique et les normes sociales. Personne ne pense qu’une fille est en âge de se marier ou d’avoir des enfants avant 18 ans. Personne n’attend d’elle qu’elle abandonne l’école pour gagner sa vie ou se charger des tâches ménagères. Elle fréquente une bonne école, bien entretenue, sûre et proche de son domicile. Cette fille de dix ans mange à sa faim, et son alimentation est suffisamment nourrissante pour assurer sa croissance et le développement de son cerveau. Elle est protégée et bénéficie des mêmes possibilités que les garçons d’explorer le monde qui l’entoure, de se faire des amis et de participer librement à la vie sociale.

« Chaque jour, on estime à 47 700 le nombre de filles qui sont mariées à l’âge de 17 ans ou moins dans les pays en développement », selon l’ONU.

Concrétiser cette vision
La communauté internationale peut réaliser cette ambition. C’est ce qu’elle a accepté de faire dans le cadre d’un ensemble d’engagements internationaux regroupés sous le Programme de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030. Adopté par les 193 pays membres des Nations Unies en 2015, le Programme à l’horizon 2030 représente une avancée unique dans l’histoire du consensus mondial sur le développement, puisqu’il s’applique à tous les pays, riches, pauvres ou en voie de développement. Il définit une trajectoire de transformation solidement fondée sur les droits fondamentaux et l’inclusion de tous les individus, et s’inscrit dans la durabilité, afin que toutes les ressources utilisées aujourd’hui de façon rationnelle puissent être exploitées par les générations futures. Au cours des 15 prochaines années, 17 objectifs de développement durable et 169 cibles contribueront à la réalisation du Programme à l’horizon 2030.

Des filles en bonne santé et éduquées contribueront, au cours de leur vie :

  • à une croissance économique renforcée;

  • à une productivité agricole accrue;

  • à des taux de mortalité maternelle et infantile réduits;

  • à des familles plus petites et mieux éduquées;

  • à une prévalence plus faible du VIH et du paludisme;

  • à un nombre plus important de femmes aux postes de direction;

  • à une résilience accrue au changement climatique et aux crises.

Pour la première fois de l’histoire, le Programme à l’horizon 2030 engage explicitement les pays à ne laisser personne de côté sur la voie du développement. Il avertit la communauté internationale qu’aucune fille de dix ans ne doit être laissée en marge, abandonnée à la pauvreté ou à la maladie, ou sans instruction.
L’ONG FEMMES, POUVOIR ET DEVELOPPEMENT vous propose l’intégralité du rapport.

A lire et partager.

Quelques liens utiles:

Le monde: http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/10/20/l-avenir-des-filles-agees-de-10-ans-en-2016-un-enjeu-pour-la-stabilite-et-la-croissance_5016797_3244.html

Publicités
Cet article a été publié dans SOCIETE CIVILE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s