Déclaration de la Société Civile à la Session du CRIC/UNCCD COP 14

IMG_0888-tn.jpg

CRIC opening, CSO statement
03 September 2019
Chairperson, distinguished delegates, ladies and gentlemen!
Thank you for providing me with the opportunity to speak on behalf of more than 500 CSOs accredited to the UNCCD that are actively involved in the implementation of the convention together with people and grassroots communities.

As we are here together, we all agree that land is important. It is the basis of life for all, for women and for men, for our children and their children.
We as civil society, are here to ensure that the voices and concerns of the people affected by land degradation and desertification are well heard. We are also here to show the great accomplishments of local communities regarding sustainable land use and restoration if an enabling policy environment is being created. 

There are three crucial elements for such an enabling environment:  1. land tenure security 2. knowledge about sustainable practices of communities 3. finance for community led restoration practices.

Everywhere in the world, we see the pressure on land increasing.This is due to land degradation and the fact that extractive agribusinesses, mining companies and infrastructure are taking more and more land for short-term economic gains at the expense of the livelihoods of people. People are not sure about their rights and use of the land and are forced to migrate to other areas. The CSOs have been advocating for land rights and land tenure security for women and men living in drylands for many years.
At the same time, we see that when people and communities know that their children and the children’s children-to-come have access to land, they will invest in the land, in growing trees, in soil health and in their general ecosystem. Land tenure security is therefore a crucial element for land restoration, sustainable land use and combating desertification. Land tenure security is essential for land degradation neutrality. The civil society organisations joined here at COP14 urge the parties to take a COP14-decision on the implementation of the FAO Voluntary Tenure Guidelines in Land Degradation Neutrality processes. 


We would like to bring to the parties attention, that community-led SLM and restoration practices are the main contributors to the LDN targets. However, these practices often go unseen and little or no credit is given by policy makers living in urban areas. We strongly recommend to all to travel to the rural areas and engage with people restoring the land. These are the green jobs and businesses that support communities, these are the green jobs  and businesses that need to be supported.

Another crucial part for an enabling environment is easy access to appropriate financing mechanisms to support people and communities in their restoration and SLM practices. We kindly but strongly request the parties to earmark more public money within GEF, UNDP, FAO and GCF for small grants programmes specifically for communities to restore the land. In addition, we urge the parties to ensure that inclusive, participatory and transparent decision-making process.

And while we are at it and I come to my last point.
Engagement with civil society doesn’t hurt. We need to act together to restore the land, for our children and our children’s children. Through engagement with each other, we start to better understand each other and our actions become transformative. We therefore make a strong appeal to the parties to ensure meaningful participation of civil society and especially women’s and youth groups throughout the decision-making processes regarding Land Degradation Neutrality target and National Drought Plans.
Thank you

The statement is developed through cooperation between Sophie Akhobadze  Marissa Mohamed Amiya Prapan Chakrabarty Yahya Msangi Nathalie van Haren
Group contact person is Nathalie van Haren: n.vanharen@bothends.org Group mailaddress is: cop14-cric-working-group@googlegroups.com
French Version
Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les délégués, Mesdames et Messieurs !

Je vous remercie de me donner l’occasion de prendre la parole au nom de plus de 500 OSC accréditées auprès de l’UNCCD qui participent activement à la mise en œuvre de la Convention avec les populations et les communautés locales.

Comme nous sommes ici ensemble, nous sommes tous d’accord pour dire que la terre est importante. C’est la base de la vie pour tous, pour les femmes et pour les hommes, pour nos enfants et leurs enfants. 

En tant que société civile, nous sommes ici pour faire en sorte que les voix et les préoccupations des personnes touchées par la dégradation des terres et la désertification soient bien entendues. Nous sommes également ici pour montrer les grandes réalisations des communautés locales en matière d’utilisation et de restauration durables des terres si un environnement politique favorable est créé. 

Il y a trois éléments cruciaux pour un tel environnement favorable :  1. sécurité foncière 2. la connaissance des pratiques durables des collectivités 3. le financement de pratiques de restauration communautaires.

Partout dans le monde, la pression sur les terres augmente, en raison de la dégradation des terres et du fait que les entreprises agroalimentaires, les sociétés minières et les infrastructures extractives prennent de plus en plus de terres pour des gains économiques à court terme, au détriment des moyens de subsistance des populations. Les gens ne sont pas sûrs de leurs droits et de l’utilisation de la terre et sont forcés de migrer vers d’autres régions. Depuis de nombreuses années, les OSC plaident en faveur des droits fonciers et de la sécurité d’occupation des terres pour les femmes et les hommes vivant dans les zones arides. 

En même temps, nous constatons que lorsque les gens et les collectivités savent que leurs enfants et les enfants des enfants à venir ont accès à la terre, ils investissent dans la terre, dans la culture des arbres, dans la santé des sols et dans leur écosystème général. La sécurité foncière est donc un élément crucial pour la restauration des terres, l’utilisation durable des terres et la lutte contre la désertification. La sécurité foncière est essentielle à la neutralité en matière de dégradation des terres. Les organisations de la société civile réunies ici à la CdP14 exhortent les parties à prendre une décision de la CdP14 sur la mise en œuvre des Directives volontaires de la FAO sur les régimes fonciers dans les processus de neutralité de la dégradation des terres. 

Nous aimerions attirer l’attention des parties sur le fait que la GDT communautaire et les pratiques de restauration sont les principaux facteurs qui contribuent à l’atteinte des objectifs du DLD. Cependant, ces pratiques passent souvent inaperçues et les décideurs politiques des zones urbaines n’accordent que peu ou pas de crédit à ces pratiques. Nous recommandons fortement à tous de se rendre dans les zones rurales et de s’engager avec les personnes qui restaurent la terre. Ce sont les emplois verts et les entreprises qui soutiennent les collectivités, ce sont les emplois verts et les entreprises qu’il faut appuyer.

Un autre élément crucial d’un environnement favorable est l’accès facile à des mécanismes de financement appropriés pour soutenir les personnes et les communautés dans leur restauration et leurs pratiques de GDT. Nous prions instamment les parties d’affecter davantage de fonds publics au sein du FEM, du PNUD, de la FAO et du FCM à des programmes de petites subventions destinés spécifiquement aux communautés pour la restauration des terres. En outre, nous exhortons les parties à veiller à ce que le processus décisionnel soit inclusif, participatif et transparent.

Et pendant qu’on y est et que j’en arrive à mon dernier point.

L’engagement avec la société civile ne fait pas de mal. Nous devons agir ensemble pour restaurer la terre, pour nos enfants et les enfants de nos enfants. Grâce à notre engagement mutuel, nous commençons à mieux nous comprendre les uns les autres et nos actions deviennent transformatrices. Nous lançons donc un appel pressant aux parties pour qu’elles assurent une participation significative de la société civile et en particulier des groupes de femmes et de jeunes tout au long des processus décisionnels concernant l’objectif de neutralité de la dégradation des terres et les plans nationaux contre la sécheresse.
Je vous remercie
Publicités
Cet article a été publié dans SOCIETE CIVILE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s